L'ACTUALITE DE LA CSMVO ▼

Carte Vitale « dévitalisée »

La chambre syndicale des medecins du Val-d’Oise lance sa carte vitale devitalisee, une operation de communication pour sensibiliser les patients sur leur opposition a la loi Sante de Marisol Touraine

« On ne lâchera pas. On est toujours aussi déterminés », tonne Serge Larcher.

A l’instar de son président, la chambre syndicale des médecins du Val-d’Oise (CSMVO), qui regroupe 150 adhérents soit environ 10 % des praticiens du département, n’est pas prête à déposer les armes dans son combat contre la loi Santé de la ministre Marisol Touraine du 26 janvier 2016.

Par le passé, les médecins libéraux du Val-d’Oise, très mobilisés dans la contestation, ont tenté à plusieurs reprises de sensibiliser l’opinion publique. Sans atteindre l’objectif escompté. Leurs opérations escargots menées sur l’A1 et l’A13 le 13 novembre 2015 ayant logiquement été éclipsées par les attentats.

Lire plus

Congé maternité à 2 vitesses

Congé maternité à 2 vitesses

Un avenant n° 3 à la convention médicale a été adopté aujourd’hui portant la signature de 3 syndicats, la FMF, le BLOC et MG France qui consacre la différence de traitement des femmes enceintes selon leur secteur d’activité : médecins secteur 1, secteur 2 ayant signé l’OPTAM ou le CAS, et les femmes secteur 2 qui ne l’ont pas signé.

Autrement dit et avec la complicité de ces 3 lâches, la grossesse est moins indemnisée si vous choisissez d’exercer votre art médical en toute indépendance.

à l’inverse si vous rentrez dans le rang et baissez la tête…

J’attend que les vrais libéraux , encore membres de ces syndicats les quittent .

Serge Larcher

Cette aide forfaitaire atteindra au maximum 3 100 euros par mois pendant trois mois pour les femmes en secteur 1 (sans dépassements d’honoraires) et 2 066 euros par mois pendant trois mois pour celles qui sont en secteur 2. Ces montants sont modulés en fonction du temps d’activité hebdomadaire.

Cette aide financière vient compléter l’allocation forfaitaire d’un montant de 3 269 euros et les indemnités journalières (53,74 euros par jour) que perçoivent déjà les femmes médecins en cas de maternité. Mais si ces aides assurent un revenu de remplacement, elles sont insuffisantes pour payer les charges de cabinet.

Les pères ne sont pas oubliés: en cas de congé paternité, ils bénéficieront d’une aide de 1 116 euros par mois en secteur 1 et 744 euros par mois en secteur 2.

En revanche, les femmes médecins remplaçantes ont été exclues du dispositif. «La signature de cet avantage maternité est une vraie avancée pour les médecins installés. Mais nous ne pouvons pas laisser la jeune génération de côté alors que nous avons besoin d’elle et que sa protection sociale est très précaire», alerte le Dr Sophie Augros, présidente de ReAGJIR, syndicat des jeunes médecins généralistes.

Lire plus

Cancers, la place du médecin traitant : de la prévention à l’après traitement…

Cancers, la place du médecin traitant : de la prévention à l’après traitement…

18ème Journée de Formation des Associations du Val d’Oise

Dimanche 29 janvier 2017 – Hôtel Marriott Roissy Ville

programme-18eme-journee-de-formation-des-associations-du-val-doise-2017

Lire plus

VOEUX 2017 DU SML

VOEUX 2017 DU SML

LES VŒUX DU DR PHILIPPE VERMESCH, PRÉSIDENT DU SML, POUR L’ANNÉE 2017

Chères consœurs, chers confrères, chères amies, chers amis,

2016 a été une année riche pour le SML.

Tout d’abord, au plan syndical avec les négociations conventionnelles, notre Congrès, le PLFSS, mais surtout au plan personnel, avec une nouvelle équipe constituée, prête à donner une impulsion inédite à ce syndicat. Notre capacité à influencer les décisions des pouvoirs publics sera déterminante pour cette année à venir. Nous poursuivrons l’objectif de voir enfin confiée aux médecins libéraux la gouvernance de notre système de santé. Cette condition irriguera notre action.

Lire plus

Une plateforme à l’écoute des professionnels de santé en souffrance

Une plateforme à l’écoute des professionnels de santé en souffrance

Afin de répondre à l’urgence des professionnels de santé rendus vulnérables, l’association Soins aux Professionnels de Santé (SPS) a mis en place une plateforme d’appel nationale, interprofessionnelle et indépendante, offrant écoute psychologique, aide et orientation.

nvert_sps

 

 

 

Les professionnels de santé en situation de souffrance psychologique ont un besoin urgent d’écoute, de soutien et d’accompagnement. C’est pourquoi l’association Soins aux Professionnels de Santé (SPS) a pris l’initiative de mettre à disposition de tous les professionnels de santé (salariés et libéraux) rendus vulnérables, mais aussi des étudiants et des familles, une plateforme d’appel nationale (1), interprofessionnelle, indépendante, tenue au secret médical. Disponible depuis le 28 novembre dernier, la plateforme est accessible via un numéro vert – 0 805 23 23 36 – 24h/24 et 7j/7. Les entretiens sont anonymes et gratuits.

Accueil, écoute, soutien, accompagnement

« Je me sens épuisé », « J’ai trop de travail », « Je me sens harcelé », « Je n’en peux plus », « J’ai besoin d’aide », « J’ai décidé de m’en sortir »… Après avoir composé le 0 805 23 23 36, le numéro d’appel de la plateforme SPS, les professionnels de santé et les étudiants rendus vulnérables ou en souffrance trouvent un accueil, une écoute, un soutien et un accompagnement :• accueil de premier niveau d’écoute ; prise en charge immédiate par des psychologues spécialisés et expérimentés auprès des soignants en souffrance,

• orientation adaptée (pour un cas simple) ou appel immédiat par un cadre de la plateforme (pour une demande plus spécifique).

Lire plus

Mot du Président du SML, le Dr Philippe VERMESCH

Mot du Président du SML, le Dr Philippe VERMESCH

Cette nouvelle mandature, après le combat contre la loi de santé, après les élections aux URPS, portera son message auprès des candidats aux élections présidentielles nationales et nous aurons à cœur de faire comprendre à la future équipe qui gouvernera la France que la pérennité de notre système de santé tel que nous le connaissons passe obligatoirement par une implication plus active des libéraux.

Ceux-ci doivent devenir les organisateurs du soin et avoir une place décisionnelle dans les structures de gouvernance. La pensée « unique » du tout hôpital, des maisons de santé pluri-disciplinaires, même si leur rôle est important, ne doit pas devenir le seul modèle économique du système de santé.

Oublier les libéraux comme c’est le cas depuis 10 ans…, c’est voir notre système reculer par rapport à tous les autres pays alors qu’il était considéré comme le meilleur.

Lire plus