RE-CERTIFICATION DES MÉDECINS

RÉSERVÉ SUR LA DÉMARCHE, LE SML REDOUTE LA NAISSANCE D’UNE NOUVELLE USINE À GAZ

La ministre de la Santé a annoncé ce jeudi 19 octobre, la mise en œuvre de la re-certification des compétences des professionnels de santé et lancé une mission sur ce sujet.

Le SML a exprimé ses plus vives réserves sur une telle démarche, portée par l’Ordre des médecins sans aucune discussion préalable avec les syndicats médicaux. Pourtant, le respect de l’obligation de formation liée au DPC fait l’objet d’un contrôle ordinal, et l’Ordre dispose déjà de moyens de contrôle de l’insuffisance professionnelle. Avec la re-certification, ce sera un doublon.

Le SML redoute que la mise en place d’un tel dispositif de re-certification ne se traduise par la création d’obligations supplémentaires pour les médecins libéraux, qui en supportent déjà de nombreuses autres. Il craint également la complexité que ce type de mesure va engendrer pour des médecins libéraux, qui n’ont pas de temps à consacrer ces nouvelles paperasses au moment où ils cherchent à dégager du temps médical.

Après l’expérience du DPC, où les Pouvoirs publics ont montré que lorsqu’ils créaient des obligations nouvelles ils oubliaient d’en assumer le financement, le SML prévient qu’il exigera le financement de l’intégralité du coût de la re-certification par l’État et, surtout, qu’il refusera la création d’une usine à gaz de plus !

Voir le communiqué du SML

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *