Congé maternité à 2 vitesses

Un avenant n° 3 à la convention médicale a été adopté aujourd’hui portant la signature de 3 syndicats, la FMF, le BLOC et MG France qui consacre la différence de traitement des femmes enceintes selon leur secteur d’activité : médecins secteur 1, secteur 2 ayant signé l’OPTAM ou le CAS, et les femmes secteur 2 qui ne l’ont pas signé.

Autrement dit et avec la complicité de ces 3 lâches, la grossesse est moins indemnisée si vous choisissez d’exercer votre art médical en toute indépendance.

à l’inverse si vous rentrez dans le rang et baissez la tête…

J’attend que les vrais libéraux , encore membres de ces syndicats les quittent .

Serge Larcher

Cette aide forfaitaire atteindra au maximum 3 100 euros par mois pendant trois mois pour les femmes en secteur 1 (sans dépassements d’honoraires) et 2 066 euros par mois pendant trois mois pour celles qui sont en secteur 2. Ces montants sont modulés en fonction du temps d’activité hebdomadaire.

Cette aide financière vient compléter l’allocation forfaitaire d’un montant de 3 269 euros et les indemnités journalières (53,74 euros par jour) que perçoivent déjà les femmes médecins en cas de maternité. Mais si ces aides assurent un revenu de remplacement, elles sont insuffisantes pour payer les charges de cabinet.

Les pères ne sont pas oubliés: en cas de congé paternité, ils bénéficieront d’une aide de 1 116 euros par mois en secteur 1 et 744 euros par mois en secteur 2.

En revanche, les femmes médecins remplaçantes ont été exclues du dispositif. «La signature de cet avantage maternité est une vraie avancée pour les médecins installés. Mais nous ne pouvons pas laisser la jeune génération de côté alors que nous avons besoin d’elle et que sa protection sociale est très précaire», alerte le Dr Sophie Augros, présidente de ReAGJIR, syndicat des jeunes médecins généralistes.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *