Mot du Président du SML, le Dr Philippe VERMESCH

Mot du Président du SML, le Dr Philippe VERMESCH

Cette nouvelle mandature, après le combat contre la loi de santé, après les élections aux URPS, portera son message auprès des candidats aux élections présidentielles nationales et nous aurons à cœur de faire comprendre à la future équipe qui gouvernera la France que la pérennité de notre système de santé tel que nous le connaissons passe obligatoirement par une implication plus active des libéraux.

Ceux-ci doivent devenir les organisateurs du soin et avoir une place décisionnelle dans les structures de gouvernance. La pensée « unique » du tout hôpital, des maisons de santé pluri-disciplinaires, même si leur rôle est important, ne doit pas devenir le seul modèle économique du système de santé.

Oublier les libéraux comme c’est le cas depuis 10 ans…, c’est voir notre système reculer par rapport à tous les autres pays alors qu’il était considéré comme le meilleur.

Lire plus

Dr Philippe Vermesch élu président du SML

Dr Philippe Vermesch élu président du SML

Le Dr Philippe Vermesch a été élu samedi 10 décembre 2016, président du Syndicat des Médecins Libéraux (SML) par son assemblée générale élective, succédant au Dr Eric Henry.

Le Dr Vermesch a été élu par 72% des voix, contre 25% au Dr William Joubert, secrétaire général dans l’équipe sortante, et 3% au Dr Evelyne Chartier, présidente du pôle « Femmes médecins et toutes les libérales » du syndicat.

Le Dr Eric Henry, élu en décembre 2014, n’a pas souhaité se représenter « afin de se consacrer à l’association Soins aux professionnels de santé (SPS) dont il est le président ».

Agé de 59 ans, le Dr Philippe Vermesch est stomatologiste de secteur 1 à Saint­-Raphaël (Var) et s’est engagé au sein du SML en 1985. Il a occupé divers postes au sein du bureau national, notamment secrétaire général adjoint de 2004 à 2011, sous les présidences successives des Drs Dinorino Cabrera et Christian Jeambrun, avant de devenir trésorier de 2011 à 2014 dans l’équipe du Dr Roger Rua.

Elu de l’union régionale des professionnels de santé (URPS) des médecins de Paca depuis 2010, il est également depuis septembre président du Syndicat des Médecins Libéraux du Var.

Il préside le Collège des médecins stomatologistes et chirurgiens maxillo­faciaux de France (CMSCMFF) depuis 2003.

Le nouveau bureau du SML est composé de :

Président : Dr Philippe Vermesch, Médecin Stomatologue à Saint-Raphael (Var)
Secrétaire général : Dr William Joubert, Médecin généraliste, homéopathe, au Mans (reconduit)
Secrétaire général : Dr Eric Tanneau, Psychiatre à Paris

Secrétaire générale adjointe : Dr Sophie Bauer, chirurgien thoracique et cardio-vasculaire à Melun.
Secrétaire générale adjointe : Dr Christine Bertin-­Belot, Médecin généraliste, homéopathe à Besançon (reconduite)


Secrétaire général adjoint : Dr Charles-­Henri Guez, Médecin généraliste à Sainte ­Foy­ lès­ Lyon (Rhône) (reconduit)

Secrétaire générale adjointe : Dr Marie-­Ange Boulesteix, Médecin angiologue à Cahors
Vice-­président (généralistes) : Dr Jean­-Pierre Batard, Médecin généraliste à Lisses (Essonne) (reconduit)
Vice-­président (généralistes) : Dr Bruno Burel, Médecin du sport à Rouen
Vice­-présidente (généralistes) : Dr Dominique Jeulin­-Flamme, Médecin homéopathe à Montpellier (reconduite)

Vice­-président (spécialistes) : Dr Maurice Bensoussan, Psychiatre à Colomiers (Haute­ Garonne) (reconduit)


Vice­-présidente (spécialistes) : Dr Patricia Lubelski, Pédiatre à Verrières­ le­ Buisson (Essonne)

Vice-­président (spécialistes) : Dr Laurent Saccomano, Médecin angiologue à Mouans­ Sartoux (Alpes­Maritimes) (reconduit)


Trésorier : Dr Eric Bouchard, Médecin généraliste à Menton (Alpes­Maritimes) (reconduit)
Trésorier adjoint : Dr Michel Galeon, Médecin radiologue à Salon­ de­ Provence (Bouches ­du­ Rhône)

L’équipe nouvellement élue s’attachera à poursuivre le combat contre les dispositions de la loi de santé et de la convention médicale que le SML refuse, et à promouvoir le programme santé du SML dans toutes les instances décisionnelles et auprès des candidats à la présidentielle, pour un virage ambulatoire et numérique de notre système de santé qui soit véritablement libéral, novateur, efficace et équitable, dans le respect des patients, des médecins et des autres professionnels de la santé.
Lire plus

Refus des ROSP : mode d’emploi

Refus des ROSP : mode d’emploi

Pensez à notifier votre refus de la ROSP avant qu’il ne soit trop tard.
Petit manuel pratique pour le faire par courriel ou par courrier :
PAR courriel :
Message à la CPAM via espace pro.ameli.fr
Une fois connecté,
dans échanges (en bas), rubrique : contacter l’assurance maladie par courrier électronique

 

echange_amelipro

 

 

 

 

Votre demande, objet : autres demandes
Collez votre message* dans la rubrique Message.
Cliquez transmettre.
votre-demande_amelipro

 

Vous recevrez un premier accusé de réception automatique puis des messages au fur et à mesure
des lectures jusqu’à l’annonce d’un courrier papier officialisant votre refus de la ROSP

Le tout prend un mois en général.

 

*Message type :

Madame, Monsieur,
Dans ce contexte de la nouvelle convention, je ne souhaite en aucun cas collaborer au système de la ROSP à laquelle j’ai été inscrit par défaut d’information sincère lors de la précédente convention.
Merci de me faire parvenir un récépissé de cette déclaration de
non inscription à la ROSP.
Docteur …,

ville.

Vous pouvez aussi le faire par courrier postal en l’envoyant à :

Lire plus

La convention avec l’assurance maladie est parue au JO

La convention avec l’assurance maladie est parue au JO

Pour ceux qui souhaitent refuser la ROSP, voici comment s’y prendre : (annexe 16 page 227)

Les médecins qui ne souhaitent pas bénéficier de la rémunération complémentaire ont la possibilité de notifier ce choix par lettre recommandée avec accusé de réception à la caisse au moment de leur adhésion à la convention, dans les trois mois suivant la publication au Journal Officiel de la présente convention, ou les trois mois suivant leur installation pour les nouveaux installés. Dans le cadre de la mise en place des indicateurs relatifs à la pratique clinique, à la prévention, à la santé publique et à l’efficience pour les médecins spécialistes en cardiologie et maladies vasculaires, et pour les médecins spécialistes en gastro-entérologie et hépatologie, ces derniers disposent d’un délai d’un mois suivant la publication au Journal officiel de l’avenant, ou d’un mois suivant leur installation pour les nouveaux installés, pour indiquer qu’ils ne souhaitent pas bénéficier de la rémunération complémentaire définie par ledit avenant. En cas de refus exprimé selon ces modalités, le médecin renonce à la rémunération sur objectifs de santé publique y compris du volet organisation du cabinet et la qualité de service.

Ensuite, à tout moment, le médecin ayant choisi initialement de ne pas bénéficier de ces rémunérations complémentaires peut revenir sur ce choix en s’adressant à sa caisse. L’ensemble des médecins libéraux est concerné par les indicateurs portant sur l’organisation du cabinet et la qualité de service (cf. article 1.2 de la présente annexe).

arrete-du-20-octobre-2016-portant-approbation-de-la-convention-nationale-organisant-les-rapports-entre-les-medecins-liberaux-et-lassurance-maladie-signee-le-25-aout-2016

Lire plus

L’Ordre dézingue la convention et ses majorations « précaires et complexes »

L’Ordre dézingue la convention et ses majorations « précaires et complexes »

L’Ordre des médecins ne trouve guère à son goût la dernière convention médicale, pourtant ratifiée le 25 août dernier par l’assurance-maladie et trois syndicats de praticiens libéraux (MG France, FMF et Le BLOC). Répartition de l’offre, coordination des soins, valorisation des pratiques, conditions d’exercice, relations avec l’assurance-maladie, le CNOM a décortiqué les thèmes abordés avec un regard le plus souvent critique. Il relève des « difficultés importantes » dans pratiquement tous les chapitres de la convention, jugeant qu’« en l’état, elle n’apporte pas de réponse structurelle nécessaire à l’adaptation globale de notre système de santé ». Des majorations d’honoraires précaires Selon le Dr Patrick Bouet, président de l’Ordre des médecins, malgré « quelques avancées ponctuelles », le compte n’y est pas et la convention médicale est loin d’être satisfaisante. Les majorations d’honoraires obtenues sont ainsi jugées « précaires, complexes et technocratiques ».

Lire plus

Le SML, premier syndicat à dire non massivement à la convention médicale !

Le SML, premier syndicat à dire non massivement à la convention médicale !

Les représentants du Syndicat des Médecins Libéraux ont largement entendu vos mécontentements contre la convention médicale proposée par la Sécurité sociale. Avec 95,5 % pour le « non », 4 % pour le « oui » et 0.5 % « ne se prononce pas », le SML n’a donc pas signé la convention médicale.
Un texte désespérant et inacceptable qui est marqué entre autre par :

Lire plus