COMPTE RENDU DU BUREAU DU MARDI 03 MAI 2016

A l’heure où notre Président de la République fait un éditorial dans une revue mondialement connue ce lundi 2 mai   The Lancet, pour y vanter les mérites de la médecine Française et  l’excellence de ses praticiens, à l’heure où, dans le même temps, notre ministre de la Santé, Marisol Touraine, réunit une brochette de sympathisants socialistes pour être acclamée pour son action au ministère de la santé, un médecin généraliste de province se suicide, un interne de 27 ans se suicide aussi pour la même raison : l’impossibilité de faire face au surcroit d’activité. Ce cynisme aujourd’hui nous incite à ne pas désarmer, à continuer notre combat contre cette loi, intitulé « modernisation de la santé » qui n’est  faite ni pour les patients, ni pour les médecins.
A propos des négociations conventionnelles en cours, il n’y a pas d’avancée particulière en ce moment. Chacun des syndicats a présenté ces propositions, il y aura  à nouveau, une réunion de tous les syndicats pour affûter leur plate-forme commune de revendication. Autrement dit, l’union syndicale continue, même après le vote de la loi.

Nous avions évoqué les dangers de la transmission de toutes les données à un centre national des données de santé. Un article de CNRS nous précise dans quelles conditions toutes les sociétés, toutes les associations qui voudront bien financer cette demande pourront accéder à ces données  de santé, ce que nous dénonçons depuis le début, c’est-à-dire la fin du secret médical.

Source : https://lejournal.cnrs.fr/articles/faire-parler-les-donnees-de-sante

Les confrères qui ont décidé d’appliquer les  consignes syndicales de désobéissance tarifaire, pourraient être prochainement poursuivi par la CPAM du Val d’Oise pour « application de façon répété de tarifs supérieurs aux tarifs opposables » nous publions la lettre d’un confrère identiquement inquiété par sa CPAM qui pourrait constituer un modèle de défense pour ces confrères et nous vous conseillons vivement de vous rapprocher de la CSMVO.

Nous vous demandons de retenir la date du 02 juin 2016 de 20 heures à 21 heures 30, à  l’Université PARIS DIDEROT  :
« Soin primaire: vous avez dit économie, ou économies? (Pr Brigitte DORMONT, Paris Dauphine et Dr Philippe SOPENA, généraliste)  »
Investir dans les soins primaires, est-ce rentable ? La question est difficile et les patients, les professionnels de santé, les décideurs, les financeurs, ont chacun des intérêts particuliers et répondent différemment. Quel modèle structurel pour le soin primaire ? Centres de santé, maisons, pôles de santé, cabinets libéraux? Quel modèle de financement ? Quels sont les effets réels du paiement à l’acte, de la capitation, du paiement à la performance ? Peut-on tirer enseignement des exemples étrangers (GB, Hollande…)? Deux spécialistes en économie de santé pour un débat argumenté avec vous sur ces questions : Brigite DORMONT, professeur d’économie à Paris Dauphine, titulaire de la chaire SANTE Philippe SOPENA, Médecin généraliste, diplômé de l’IEP PARIS

Lieu de l’action:
Faculté de médecine Paris-Diderot, Site Villemin
10, Avenue de Verdun 75010 Paris
Salle de conférences Premier étage
L’inscription est gratuite.
Pour vous inscrire, cliquez sur le lien suivant:
http://www.bichat-larib.com/formations/formation.accueil.php?numero_enseignement=1267.

Venez nombreux…

Le Président,
Docteur Serge LARCHER

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *