La conférence de santé du 11 février 2016 :

La conférence s’est tenue ,en présence de Mr Manuel Valls, mais sans les syndicats libéraux, excepté la présence en tant qu’observateur du syndicat MG France. Rien de nouveau dans ce qui a été annoncé sauf les 10 propositions émises par le Président du Conseil National de l’Ordre, en particulier, la notion de re-certification, pour les médecins, qui au bout d’un temps d’exercice à déterminer, devraient à nouveau valider leurs acquis et leur savoir. La chambre Syndicale est très réservée sur cette proposition, en sachant qu’il faudra s’assurer que cette re-certification sera gérée par le Conseil de l’Ordre et vérifier ensuite quels éléments seront pris en compte et quelles seront les conséquences d’un éventuel échec à cette re-certification.

Les assises de la médecins libérale :

Elles se sont déroulées le jeudi 11 janvier, et ont réuni les syndicats libéraux. Sans attendre la synthèse qui sera faite le vendredi 19 février , il a été question de supprimer les différents secteurs conventionnels et de les remplacer par un secteur unique à honoraire modulable. La CSMVO n’est pas hostile à cette proposition, nous ignorons quels seront les critères retenus pour établir cette modulation , car dans ce projet , il est évident que l’on met un terme au secteur 2!.

Nouvelle mesure de Marisol Touraine :

Au lendemain de la proclamation par Madame Touraine, notre « nouvelle » ministre, d’un congé maternité amélioré pour les femmes médecins de secteur 1 ou adhérant au CAS, les deux seuls ravis de la chose semblent être Marisol elle-même, et le patron de MG France.

En ce qui concerne Madame Touraine, cette mesure est un appel du pied au syndicat traditionnellement le plus favorable à son camp, et, amplement médiatisée, et pourrait aussi être destinée à discréditer aux yeux du public le mot d’ordre syndical des 25€ et des « compléments d’honoraires au-delà des 35 heures ». Quoi, ces nanties vont recevoir 3100€ par mois pendant 3 mois, et les médecins continuent à se plaindre, et en veulent toujours plus ? Mais le Français moyen ne sait pas distinguer un bénéfice d’un chiffre d’affaire, et ne se rend pas compte que cette mesure n’est qu’une bien modeste amélioration de la situation, permettant à peine de couvrir les charges, et encore. Sans parler du fait que, faute de remplaçant souvent, la femme médecin n’osera pas s’absenter si longtemps en laissant ses patients dans le désarroi, ou ses confrères en surmenage.
En ce qui concerne notre confrère Leicher, cette mesure va en effet dans le sens de sa politique préférée, celle du « diviser pour mieux régner » qui sert les intérêts de tous les gouvernements, qu’ils soient de gauche ou de droite. Cette mesure risque aussi de lui servir de prétexte pour accepter de signer n’importe quoi.

Nos consœurs de secteur 2 (hors CAS), elles, considèrent cette mesure comme une gifle de plus…avec raison. Elles se demandent si une grossesse de secteur 2 est moins risquée qu’une grossesse de secteur 1 ; si un bébé de secteur 2 vaut moins qu’un bébé de secteur 1. La CSMF, la FMF et l’UFML relèvent le caractère discriminatoire de cette mesure. Alors bien sûr, on pourrait dire que nos consœurs en secteur 2 gagnent mieux leur vie faute de limitation de leurs tarifs, mais c’est loin d’être systématiquement vrai, notamment dans les spécialités cliniques. Et compte-tenu du niveau indécent des honoraires en secteur 1, ce n’est pas parce que les consœurs de secteur 1 sont mal loties qu’on devrait forcément couper les têtes des autres !! En réalité, cette mesure ne sert qu’à diminuer encore plus l’attractivité du secteur 2 sans CAS. Après la discrimination liée au différentiel de remboursement aux patients, après les pressions que les complémentaires demandent à leurs affiliés d’exercer sur les médecins, voici le chantage le plus vil : « si vous voulez vivre une grossesse moins stressante, préférez le secteur 1 ou adhérez au CAS » !!!
Venez, venez dans ma prison dorée…en toc… dont vous ne pourrez plus jamais sortir.

Enfin, les professionnelles de santé non médecins, à leur tour, sont scandalisées par la discrimination dont elles aussi se sentent victimes, et leurs syndicats demandent à ce que cette mesure soit étendue à toutes les professionnelles de santé sans distinction.

Madame Touraine, la liberté, l’égalité et la fraternité ne sont-elles donc pas applicables aux professionnelles de santé ??? Celles-ci sont-elles condamnées à la ségrégation, à l’ostracisme et au mépris par une idéologie intolérante, sectaire et totalitaire ??? Pourquoi tant de haine ???

Appel à la « désobéissance tarifaire » :

L’existence de nombreux mouvements dans la France entière et en particulier en région parisienne, visant à augmenter de façon unilatérale le tarif de consultation, nous oblige à prendre position aujourd’hui :
– le fait de facturer des honoraires au delà de 35 heures nous semble inadapté, les médecins sont des professions libérales, assimilées à des cadres et ne peuvent pas être réduits à une moyenne hebdomadaire, ce qu’ils dépassent largement. Mais par contre s’ils acceptent de majorer les consultations au delà de 35 heures, ils se transforment vraiment en médecins salariés ce qui n’est ni leur fonction ni leur idéal…
– D’autre part, les appels à augmenter le montant de la consultation  » désobéissance tarifaire » nous paraissent également inadaptés. Nous comprenons les confrères, qui aujourd’hui devant le tarif de la consultation inchangé depuis 5 ans alors que les charges ont augmenté de 30% pratiquent un D.E, c’est le mot d’ordre lancé par la CSMF .. Cependant nous insistons sur le fait qu’il serait dangereux d’appliquer ce D.E de manière systématique.

Le Président,
Docteur Serge LARCHER

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *