INDEMNITÉS JOURNALIERES : LES PÉNALITÉS A VENIR

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 17 JANVIER 2013

La réunion du 17 janvier 2013, à propos de nos prescriptions d’indemnités journalières a réuni une trentaine de médecins de notre département spécialistes et généralistes confondus.Après un exposé sur le coût réel des indemnités journalières qui a démontré une augmentation de 50% des prescriptions d’ indemnités journalières en 10 ans, correspondant à 6,4 milliards d’euros, soit la prise en charge de 204 millions de journées , pour un budget annuel de 427,5 milliards d’euros, nous avons projeté le dossier complet d’un confrère médecin qui est passé en commission des pénalités et dont le taux de prescription des indemnités journalières est de « 3 étoiles », avec en volume, un nombre de 3341 consultations par an, soit 2,08 consultations par patient  contre un référentiel régional de 1987 consultations par an soit 1,88 par patient.

Ce dossier est exemplaire car il peut tous nous concerner dans la mesure où son activité  supérieure à la moyenne départementale, génère plus d’arrêt de travail, d’autant que sa patientèle est en majorité constituée d’actif, 68,93% de ses patients ont entre 16 et 59 ans contre 58,46% dans la région.

3 médecins ont apporté leurs témoignages sur leur conflit avec la CPAM. Sur ces 3 médecins, 1 seul a été « amnistié », ce médecin avait pris un avocat pour défendre sa cause et cette démarche s’est avérée payante. Les 2 autres médecins ont été mis sous observation pendant 2 à 3 mois et ne sont pas encore sortis d’affaire.
Ces 3 témoignages ont été particulièrement émouvants soulignant le conflit intérieur des médecins quand il s’agit de soigner correctement les patients, l’arrêt de travail fait aussi partie de l’arsenal thérapeutique et les contraintes imposées par un organisme dont les préoccupations sont très éloignées des nôtres.

Nous avons rencontré le docteur Caroline Bazin, rhumatologue, représentante dans le 95 de l’UFML, association constituée au lendemain de la signature de l’avenant n°8. Elle nous a exposé les motivations de son mouvement, outre l’opposition farouche à l’avenant n°8, la volonté de rassembler les médecins libéraux,généralistes et spécialistes,secteur 1, 2, et les médecins hospitaliers,  pour constituer une force d’opposition qui puisse être entendue. Un médecin de l’UFML suggère pour aider les médecins épinglés de demander aux confrères du département d’augmenter leur nombre d’IJ pour ainsi changer les moyennes.

Le débat a été animé tout au long de la soirée.

Nous comptons instaurer un rythme trimestriel pour nos rencontres, les prochains thèmes évoqués seront le DPC, les génériques ainsi que tout autre thème que vous souhaiteriez voir aborder.

Le bureau de la Chambre Syndicale remercie tous les médecins présents à cette réunion et invite tous les autres à nous rejoindre pour échanger davantage ensemble.

Le Président,                                               Le secrétariat
Docteur Serge LARCHER,                       Rania KHENSOUS

Tél : 01.39.59.58.23

Fax : 01.39.59.53.08

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *