Le bureau de la CSMVO a reçu madame Stéphanie Von Euw, tête de liste dans le Val d’Oise du parti « les républicains » aux élections régionales de décembre, et son colistier monsieur Claude Bodin, maire adjoint de Franconville et élu au conseil régional d’Ile de France.

IMG_4198

Le docteur  Patricia Escobedo, présidente du Conseil de l’Ordre des médecins du 95, ainsi que le docteur Christian Bourhis, président d’honneur émérite du Conseil de l’Ordre des médecins du 95, étaient également présents.

IMG_4202

Le débat a été intense et très constructif. Tous les médecins présents ont souligné le danger que représentait cette loi pour tous les français, et que son rejet par tout le corps médical n’était pas une réaction corporatiste, mais une défense de la médecine libérale dans tous ses aspects.

La première question a porté sur l’article 162-2 du code de la santé publique (qui rappelle les principes de que nous défendons : LIBERTÉ d‘installation, de prescription, libre choix du médecin par son patient, et indépendance du médecin) que le gouvernement veut supprimer.

Madame Stéphanie Von Euw a répondu qu’elle était opposée à sa suppression, bien qu’elle ne soit pas député. Elle a insisté sur le fait que « le terme le plus important  dans l’article 162-2,  le mot liberté est cité 4 à 5 fois, le sujet n’est pas tant le 1/3 payant que la liberté. liberté d’installation, liberté d’exercice, liberté de formation. » «  La droite a eu un retard d’appréciation et de prise de conscience face à ce raz de marée, ce  « tsunami » qui n’a pas été vu ». Qu »elle était « Consciente qu’il y a eu du retard au démarrage, probablement parce que nous sommes tombés dans le piège de la discussion caricaturée et simpliste qui s’est limité au 1/3 payant généralisé. Il y a eu une incompréhension au début, la classe politique est en train d ‘en prendre conscience grâce à l’effort de pédagogie dont on fait preuve les médecins et qui est en train de porter ses fruits. »

IMG_4203

A la question, la droite ne ferait elle pas la même chose? , elle a répondu :  « je ne sais pas mais une chose est sure c’est que ça n’est pas la même conception. D’une part  une conception qui veut faire de l’administration l’acteur tout puissant de la médecine en France, ce qui pose même des questions sur le plant démocratique, et pour nous, une autre conception qui est la responsabilisation du patient mais aussi du médecin. La liberté à tout point de vue. Nous sommes le parti des droits et des devoirs »

IMG_4204

Concernant l’abolition de la loi santé  si la droite est élue en 2017 ? ses propos ont été clairs « Compte tenu de la prise de conscience de l’implication profonde sur des dizaines et des dizaines d’années, l’avenir de toute une génération est engagée. Ce n’est pas un épiphénomène, on va carrément sur une évolution du système qui impactera de manière lointaine. Evidemment je ne suis pas parlementaire; mais compte tenu de  ce que j’entends, suite à l’évolution par rapport à la mauvaise appréciation de la gravité de la chose, elle sera abrogée! »

IMG_4205

Pour les reste , ces deux élus nous conseillent de continuer notre action auprès des députés et sénateurs , car il semble qu’aujourd’hui, nous serons reçus et écoutés plus facilement .

Le président,

Docteur Serge LARCHER

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *