« Un électrochoc avant les municipales »

Dans une interview sur  « Le généraliste.fr » , à propos de la grogne des médecins, le Dr Serge Larcher met en avant la désertification médicale.

Il est généraliste dans une petite ville du Val-d’Oise, là où la pénurie de jeunes praticiens est la plus aiguë d’Ile-de-France et où les généralistes libéraux repoussent la date de leur départ à la retraite.

La Chambre Syndicale des Médecins du Val-d’Oise (CSMVO) dont il est président depuis deux ans regroupe tous les syndicats libéraux. La moitié des 450 adhérents ne sont inscrits à aucun syndicat.

Le Dr Larcher est adhérent à la FML, syndicat qui a été crée, après le départ de la FMF des fidèles de Jean-Claude Régy.

« Quand j’ai vu l’importance du mouvement que prenait l’UFML, j’ai proposé à leur délégué du Val-d’Oise de rentrer dans notre chambre syndicale pour mener des actions ensemble. » C’est désormais chose faite. Les « bonnets blancs », comme il les appelle, « ne vont rien casser » mais, promet-il, « une semaine avant les Municipales ce sera un électrochoc ». Adepte des formules coup de poing, le Dr Larcher n’y va pas par quatre chemins et n’hésite pas à qualifier la façon d’agir des Caisses de « méthode mafieuse ». Le tiers payant généralisé ? « Une hérésie. » Que veulent-ils donc ces médecins en colère? « Qu’on nous laisse tranquille ! Qu’on arrête de nous emm… ! »

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *